GERARD MOURGUE

Gerard Mourgue

LE SECRET DU BONHEUR

Tu baisses la tête brisée d'affliction.
Savoir que l'on est sur l'extrême bord du précipice
Que c'est la dernière fois que l'on voit l'être aimé
Vivre pleinement cet instant de bonheur
Qui sépare la mort de l'ivresse de vivre !

samedi 7 janvier 1995, extrait du dernier carnet.
( il se savait perdu… quand moi, je refusais viscéralement l'inéluctable)

Le poète est le réceptacle de l'éternel

Le poète pénètre la nature
Son imagination fait jaillir l'esprit

I1 secoue les feuilles
I1 remonte les vagues des eaux

Son esprit se vide
Il n'est plus que le réceptacle de l'Éternel

Il emprisonne le ciel et la terre
Dans la cage des mots
I1 enclôt l'infini dans un car carré de papier

C'est un poème
Il enclôt l'infini dans un carré de papier

C'est un poème
C'est un dessin
C'est une pure mélodie
Qui passant par son génie
Deviennent l'équivalent du vaste monde

Mais plus réel que lui
Parce que sans pesanteur

Transparents à la pensée
Immortels


Publié dans " Vers l'Atlantide ", illustré par Jacques Despierre